Si les Anglais ont inventé le football, ce sport est une véritable religion Outre-Manche. Mais ils ne sont pas les seuls concernés. Les étrangers sont de plus en plus nombreux à aller assister à un match en Angleterre. Ce ne sont pas les possibilités qui manquent (voir notre article ). C’est en quelque sorte devenu un tourisme sportif, permettant en même temps de découvrir la ville du club, auquel, en tant que passionné du ballon rond, je n‘ai pas échappé.

En se rendant à Liverpool, à Londres ou à Manchester, on multiplie les chances d’obtenir des tickets pour voir un match de Premier League car ces villes possèdent plusieurs clubs à cet échelon. Notre choix s’est porté sur la cité mancunienne pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agissait de la seule destination au départ de l’aéroport de Charleroi. C’est aussi dans le club de Manchester City qu’il nous a été le plus facile d’obtenir des places, réservées début août pour un match début février. Enfin, deux internationaux belges évoluent sous les couleurs des Cityzen, Kevin De Bruyne et Vincent Kompany. C’était l’occasion de les voir à l’œuvre, même si le second était blessé le jour J.

Bref, tous les ingrédients étaient réunis pour passer un week-end agrémenté de football bien entendu mais aussi de culture. Malgré notre organisation à l’avance, il a fallu s’adapter à certaines modifications de dernière minute. En effet, quelques semaines avant notre départ, le jour du match a été changé, passant du samedi après-midi au dimanche en fin d’après-midi, nous obligeant à modifier notre vol retour du dimanche soir. Avec un peu de chance, il restait encore de la place dans un vol tôt le lundi matin. Nous croyions en être quitte. C’était sans compter sur une tempête de neige le matin du départ, retardant le vol de départ depuis l’aéroport de Charleroi plus de huit heures. La journée du samedi était dès lors fort compromise. Cela ne nous a pas empêché de pas manquer l’essentiel.

Visite d’Old Trafford

Commençons tout d’abord par le sport-roi. Avec les amis avec lesquels je voyageais pour l’occasion, nous avions décidé de coupler le match de City à une visite du stade de l’autre club mythique de la Ville, Manchester United. Afin de découvrir Old Trafford, il est conseillé de réserver. Et ne nous en cachons pas, cela à un prix, 25 livres, soit un peu plus de 28 €, pour le tour guidé d’une heure avec accès ensuite ou avant au musée. Mais les passionnés du ballon rond ne le regretteront pas.

Pendant une heure, vous aurez droit à visiter les coulisses de l’antre mancunienne : de la salle de presse au vestiaire en passant par les différentes tribunes, sans oublier le tunnel conduisant au terrain. Cette dernière vous réservera son lot de surprises, en vous intégrant dans une mise en scène : tout comme les équipes, vous êtes invités à vous ranger en deux files, avec la musique et l’ambiance d’un stade en toile de fond, et puis à monter sur le terrain. Le temps de quelques minutes, vous vous trouvez ainsi dans la peau d’un Lukaku, d’un Pogba ou d’un Rashford. Lors de notre visite guidée, nous avons eu droit à un guide à l’humour bien british et aux riches anecdotes. Parmi celles-ci, par exemple, nous avons appris que le vestiaire qui n’est pourtant pas immense était basique du temps de Sir Alex Ferguson selon ses souhaits. Autre info : les supporters paient leur abonnement annuel 700 Livres Sterling, uniquement pour les matches de championnat. Ne sont donc pas comprises les rencontres de la Cup ou de Champions League.

Après cette passionnante visite, nous avons parcouru les différentes salles du musée, là aussi très riches en objet, documents et trophées. Parmi les faits retracés, un large espace est réservé à la tragédie de Munich, où une partie des joueurs et du staff avaient perdu la vie dans un accident d’avion. Ce drame est encore bien présent dans les travées d’Old Trafford, où une plaque en mémoire des disparus a été apposée sur les murs du stade. Si vous souhaitez éplucher chaque vitrine, il y a moyen d’y passer un bon bout de temps.

Une fois la visite terminée, vous pouvez soit repasser par le Red Café ou, passage obligé, par la boutique. Le marketing est poussé à un tel point que les couleurs de  Manchester United sont déclinées sous une multitude de formes, outre les traditionnels maillots.

Soulignons encore que si le stade est assez à l’écart du centre-ville, il est facilement accessible via le Metrolink. Enfin, nous avons pu compter sur la souplesse des employés de ManU. De façon bien sympathique, ils ont accepté à deux reprises de modifier notre réservation, la première fois en raison de la modification du jour du match de Man City et la seconde en raison du retard de notre avion. Nous en sommes en tout cas repartis plein de bons souvenirs.

Un match à Manchester City

L’Etihad Stadium, d’une capacité de 55.000 places (pour 73.000 places à Old Trafford), est également facilement accessible depuis le centre-ville via Metrolink. Il ne faut bien entendu pas s’y prendre à la dernière minute pour prendre le métro car vous risquez de ne pas avoir de places. Le match que nous avions choisi était une des affiches de la Premier League puisqu’il opposait les Cityzen aux Gunners d’Arsenal. Là aussi, il est conseillé de ne pas jouer les retardataires puisque nous avions acheté nos tickets l’été précédent. D’une valeur de 65 Livres, ceux-ci étaient relativement abordables comparativement aux prix généralement pratiqués (parfois de cent à plusieurs centaines de Livres). De surcroît, pour un assez bon emplacement puisque nous étions situés au premier niveau derrière le but.

Déjà dans le métro, vous sentez déjà l’ambiance du match monter avec tous les supporters aux couleurs bleues azur. Arrivés sur les lieux, celle-ci s’accentue encore un peu plus avec des animations aux abords du stade. Et de nouveau le passage obligé par la boutique officielle. Mais nous décidons de laisser les emplettes pour après le match, préférant profiter de l’avant-match dans l’Etihad.

Rapidement dans l’enceinte sans devoir faire la file, nous sommes agréablement surpris par l’espace et la modernité des lieux. Bien assis, l’espace entre les rangées est large, ce qui n’est pas toujours le cas dans tous les stades de foot. L’échauffement passé, c’est déjà l’heure de la montée des équipes. Nous ne verrons finalement qu’un Diable Rouge, Kevin De Bruyne, puisque Vincent Kompany est toujours blessé. Les supporters de City ont d’ailleurs composé une chanson spécialement pour l’ancien de Genk : Kevin De Bruyne Ooohhhh Ooohhh. Le match commence sur les chapeaux de roue puisqu’après une minute, l’Argentin Aguero ouvre la marque pour les locaux. Lui aussi a droit à son propre chant. Il n’y en a que pour les Blues en ce début de rencontre jusqu’à l’égalisation contre le cours du match, dix minutes plus tard, d’Arsenal.

Petite anecdote à ce sujet : si vous êtes supporters de l’équipe adverse et que vous êtes assis parmi des supporters locaux, évitez de manifester votre joie lors d’un but des visiteurs. Deux personnes s’y sont risquées et ont été directement évacuées du gradin par des stewards.

Mais c’est le grand soir d’Aguero puisqu’il plante encore deux autres buts, permettant à Manchester City de l’emporter 3 à 1. Nous avons eu droit à un match agréable avec plusieurs buts, même si City était nettement supérieur. Niveau ambiance, pour avoir déjà assisté à d’autres matches en Angleterre, ce n’est pas l’ambiance la plus impressionnante que j’ai connue. C’est peut-être dû au côté international de City puisque les supporters étrangers, comme nous, étaient nombreux au stade. Nous avons ainsi côtoyés des Turcs, des Français, des Allemands, d’autres Belges (la moitié de notre avion allait au stade). Mais nous sommes loin d’être déçus, nous promettant de remettre ça rapidement.

Le National Football Museum

En raison du retard de notre avion, nous n’avons pas eu la chance de le visiter. Jusqu’à la mi-janvier, son entrée était gratuite. Elle est apparemment désormais payante au tarif de 10 Livres. Situé à Cathedral Gardens, ce musée vaut déjà le détour de par le bâtiment qui l’abrite, le moderne Urbis Buiding (Todd Street).

Il est composé de six étages, chacun présentant ses spécificités. L’un d’entre-eux est réservé aux anciens jeux, comme les baby-foots. Le deuxième étage est lui consacré aux animations avec ballon qui font souvent le plus grand plaisir des enfants. D’autres espaces retracent aussi l’histoire du foot, avec multitude d’objets à découvrir (maillots, trophées, vidéos, …)

Les pubs

Si le foot se vit dans les stades, il transpire aussi dans les pubs en avant-match par exemple. Mais on n’y vit pas uniquement du foot. Ainsi, aux The White Lions, (43 Liverpool Road) nous avons assisté au match de rugby du Tournoi des Six Nations opposant les Irlandais aux Anglais, avec une victoire de ceux-ci. Imaginez l’ambiance.

Nous sommes aussi passés par The old nags head, (19 Jacksons Row) pub qui se revendique comme le pub officiel de l’ancienne  idole mancunienne, George Best, dont les photos et citations garnissent les murs de l’établissement.

Ces deux pubs, situés dans rues perpendiculaires à la rue principale de Manchester Deansgate, sont clairement supporters de Manchester United, vu les couleurs affichées.

La visite de la Ville

C’est un peu notre frustration du week-end. En raison du retard de l’avion, cette partie a été très raccourcie. Nous nous sommes contentés de Deansgate et de quelques rues perpendiculaires jusqu’à Albert Hall, où trône l’imposant et magnifique Hôtel de Ville (en restauration pour plusieurs années). Nous avons pu aussi pousser les portes de la John Rylands Library (150 Deansgate). Cette bibliothèque, du style néogothique des années 1890, vous plonge dans l’univers d’Harry Potter. Le must en est la salle de lecture. Cette visite gratuite est certainement un immanquable de votre week-end.

Mais ce n’est pas la seule bibliothèque qui vaut le détour : il y a également la Chetham’s Library (Long Millgate) et la Manchester Central Library (St Peter’s Square). Ces visites à nouveau gratuites sont généralement accompagnées d’expositions, comme l’histoire du rock à Manchester.

Outre la cathédrale, il y a également les nombreux musées : Manchester Art Gallery (Mosley Street), le Musée de la Science et de l’Industrie (Liverpool Road), le Musée de la Guerre (Trafford Wharf Road). Là aussi, l’entrée est gratuite. Cette gratuité est peut-être un exemple à prendre des Anglais, poussant par là vers la culture.

Bref, du peu que nous avons pu voir du centre-ville, nous avons été charmés par ces bâtiments aux briques rouges datant de l’époque industrielle, entourés d’imposants bâtiments modernes.

Il y a aussi d’autres quartiers que nous aurions voulu découvrir. Même si nous logions dans celui de Castlefiled, nous n’avons pas eu l’occasion de flâner le long des canaux. Simplement, nous avons pu voir des restes d’un fort de l’époque romaine, à l’origine de la Ville. Le Northern Quarter, le coin alternatif de la Ville, mérite aussi d’être vu avec son parcours de fresques murales, ses boutiques vintage, ses bars et restos, …

Enfin, Liverpool n’est pas loin, à cinquante kilomètres de là, vous permettant d’accroître l’intérêt de votre séjour, si vous n’en avez pas assez.

Où loger ?

Le YHA Youth Hostel : située dans le quartier de Castelfield récemment rénové, cette auberge de jeunesse a l’avantage de se situer tout près du centre-ville. Ce bâtiment moderne, alliant confort, se trouve le long des canaux. D’un excellent rapport qualité-prix, elle propose d’excellents petit-déjeuners. Nuitée en chambre particulière ou en dortoir. A deux pas du Musée de la Science et de l’Industrie et de nombreux bars, comme le Wharf.

Hotel Football : les mordus de football préfèreront peut-être cet hôtel appartenant aux deux légendes mancuniennes que sont Ryan Giggs et Gary Neville. Situé juste en face d’Old Trafford, cet hôtel possède un terrain de foot sur son toit.

Quand vous réservez votre hôtel, il faut savoir qu’en fonction du match d’une des deux équipes locales, les prix sont augmentés dans le quartier de l’équipe concernée. Ainsi, si City joue, vous avez plutôt intérêt à regarder un logement à l’opposé du côté d’United.

Le transport ?

Pour rejoindre Manchester, nous avions pris un vol Ryan Air au départ de Charleroi.

Une fois à l’aéroport de Manchester, se diriger vers la gare ferroviaire de l’aéroport et prendre un train de chez Transpennine Express (ligne vers Blackpool) jusqu’à la station de Manchester Piccadilly Station (trajet en +/- 15 min.) pour rejoindre le centre.

Une fois dans le centre-ville, soit vous utilisez la navette gratuite de l’intra-muros ou le réseau de metro Metrolink, relativement bon marché,qui vous conduit facilement d’un endroit à l’autre à ville.