Troisième jour déjà dans la cité bordelaise et on ne s’en lasse pas. Au programme, exploration des quais, tant de la rive droite que de la rive gauche, pour atteindre la réputée Cité du Vin.

Jour 3 – Pour cette dernière journée complète,nous envisagions d’abuser des Transports de Bordeaux Métropole (tram, bus et bateau B³). Hélas, nous avons dû revoir nos plans en raison de l’action des gillets jaunes qui bloquait toute circulation et de l’organisation d’une régate sur la Garonne. Les kilomètres à pied ne nous faisant pas peur, surtout dans une ville où la pression automobile est quasiment absente, nous avons donc opté pour une longue journée de marche. L’église Sainte-Marie-de-la-Bastide, au clocher oriental tranchant dans le ciel bleu, constitue notre point de départ. De là, poursuivant sur l’Avenue Abadie, nous prenons la direction du jardin botanique. Celui-ci, implanté fin des années ’90, est divisé en six parties, dont un jardin aquatique, un jardin partagé, un échantillon de végétation locale, … Avec le jardin public, c’est l’un des poumons verts de la ville dans un quartier en plein renouveau où il fait bon flâner, tout en apprenant au travers différents panneaux explicatifs sur les plantations.

ESPACE DARWIN

L’espace Darwin est notre seconde étape. Il vaut vraiment le détour de par son aspect expérimental. Cette véritable bulle d’écosystème au sein de la ville constitue un de nos coups de coeur du séjour. Ces anciennes casernes ont été réinventées pour travailler et consommer de façon alternative, dans une atmosphère où l’esprit street art a été conservé. Ainsi, à côté d’énormes fresques murales, d’expositions d’artistes ou encore de cours de skate-board ou de roller dans les hangars, vous découvrirez au Magasin Général, une épicerie-drugstore et un bistrot-réfectoir, où on réfléchit en terme d’éco-durabilité. Dans cet esprit, nous avons eu de la chance puisque se déroulait dans une des salles, le Salon du vin bio, faisant la part belle entre autres aux vins sans sulfites. Pour 3 €, vous aviez droit à cinq dégustations ainsi qu’à un beau verre à vin du nom du salon. Hélas, ce site du Darwin Ecosystème est en péril, devant faire face aux spéculations immobilières. C’est ensuite que la programmation du jour est un peu perturbée.

Après avoir arpenté le Parc aux Angéliques (paradis des joggeurs le long de la Garonne), nous envisagions de prendre le tram Place Stalingrad pour rejoindre le Quartier des Chartrons. Arrivé à l’arrêt, nous devons, en raison de la manif, changer de tactique: nous traversons donc le Pont de Pierre pour longer l’autre rive de la Garonne. Quelques dizaines de minutes plus tard, nous rejoignons enfin le quartier des antiquaires qui a remplacé celui jadis des négociants en vins. En ce samedi fin de matinée, plusieurs boutiques sont encore fermées. Nous faisons un petit détour par le Musée d’Art Contemporain (CAPC) aménagé dans un ancien entrepôt colonial, sans le visiter mais où nous pouvons rejoindre, sans droit d’entrée, la cafétéria située sur le toit. Nous poursuivons notre balade par la Rue Notre-Dame, l’Eglise-St-Louis-des-Chartrons (en travaux et dont l’intérieur n’était pas éclairé) et la Place du Marché des Chartrons (où vous trouverez de nombreux restaurants autour de la Halle du 19ème siècle). Il y a encore possibilité de visiter deux musées dans ce quartier: celui de l’Histoire Maritime et celui du Vin et du Négoce. Même si ce dernier, plus centré sur le vin bordelais et ses négociants, doit certainement être très intéressant, nous avions décidé de ne pas nous y arrêter, la CIté du Vin étant l’objectif du jour. Nous terminons notre tournée par une halte Rue Faubourg-des-Arts, où nos dégustons un bon hamburger aux Chais de Luzes. Nous nous remettons rapidement en route en longeant la rive gauche de la Garonne, très fréquentée en ce samedi après-midi de novembre. Les terrasses des Quais des Marques sont prises d’assaut, tout comme les boutiques proposant de très bonnes affaires en démarque.

LA CITE DU VIN

Le pont Jacques Chaban-Delmas, aux allures futuristes, s’approche et par là même, la Cité du Vin. Nous sommes impressionnés par l’ampleur et le style du bâtiment intrigue: la forme tournoyante du vin se déposant dans le fond du verre.Mais ce n’est qu’un début. Une fois à l’intérieur, nous sommes scotchés par l’interactivité moderne du musée. Equipés d’audioguides aux textes synthétiques et variés, nous arpentons les différentes salles pour en découvrir l’histoire du vin et ses spécificités à travers. Et le moins que l’on puisse écrire en quittant le second étage, c’est qu’ils ont mis les petits plats dans les grands. Mais ce n’est pas tout, la visite est agrémentée par un détour au septième étage où une dégustation d’un vin du monde au choix est offerte avec le ticket d’entrée (20 €).Le tout agrémenté d’un panorama sur Bordeaux qui nous, était synonyme de coucher du soleil. La journée commence à toucher à sa fin. Il nous faut absolument trouver des canelés avant notre retour au pays demain pour offrir à nos proches. Direction la Rue Sainte-Catherine dans une de ses nombreuses boutiques où on fait la file pour s’arracher ces douceurs. Puis un dernier repas dans la Rue des Faussets, au restaurant Les Voûtes.

Bordeaux route du vin