J9 en Namibie – Nous avons traversé aujourd’hui le pays des Himbas. Nous n’avons cependant pas échangé avec eux, comme nous l’avions fait avec les San il y a quelques jours.

Nous avons rejoint Palmwag dans le Kaokoland, franchissant notre premier col namibien, le Grootberg Pass. Un vrai régal pour les yeux. Des montagnes en forme de plateaux à perte de vue, dans un mix nuancé de rouge et de vert. Il était aussi étonnant de découvrir des petits villages perdus au milieu de nulle part.

Petite anecdote en route: juste après une bosse, se trouve un local équipé d’un gillet jaune: il veut nous prévenir du passage d’une ravine plus loin et nous donne des conseils pour le franchissement. La conversation entamée, il nous demande notre pays d’origine: BELGIUM. “Oh, Lukaku, Hazard!” répond-il en nous montrant son t-shirt de foot. Puis de nous sortir un carnet dans lequel il nous dit avoir été lui-même un grand joueur de foot. Puis, quelques pages plus loin, il nous montre récolter des fonds pour des nouveaux maillots pour l’équipe dont il s’occupe. Vraix ou faux? On ne le saura jamais mais on a participé et on était content.

Enfin, là où nous logeons cette nuit, il s’agit d’une réserve naturelle faite de paysages désertiques, où vivent des éléphants du désert et les derniers rhinocéros noirs d’Afrique. Nous y avons déjà croisé notre premier éléphant.

J10 – Dernière des deux journées de transition aujourd’hui entre les animaux de la savane et ceux de l’océan Atlantique. Après une courte étape (heureusement car c’était la journée la plus chaude depuis notre arrivée ), nous nous sommes arrêtés à Twyfelfontein, à la limite du Kaokoland et du Damaraland.

Nous y avons marché sur les traces des ancêtres du peuple San, à la rencontre duquel nous étions allés la semaine dernière. En effet, le site de la “fontaine capricieuse” est classé. On y recense 2.000 gravures rupestres d’animaux, de points d’eau et d’empreintes, datant de 6.000 ans, sur des immenses blocs de pierre en grès rouge, ce qui a fait dire à Zelie qu’elle était devenue “une aventurière du caillou”. 😁

J11 – Un peu plus de 400 km de pistes pour rejoindre l’Océan Atlantique. Nous avons en grande partie emprunté la C35, la grande piste touristique. Des échoppes d’Himbas ou d’Herreros garnissaient régulièrement ses abords.